Selon Mme Joya, la présence de l'OTAN dans son pays apporte plus de souffrance que de solution au peuple afghan.

Radio Canada, 24 novembre 2009

Malalai Joya
Malalai Joya défend avec acharnement les droits des femmes afghanes.
Photo: La Presse Canadienne /Musadeq Sadeq

La plus jeune députée afghane, Malalai Joya, effectue une tournée au Canada pour demander le retrait des troupes canadiennes en Afghanistan. Elle dénonce la corruption du régime en place à Kaboul et la présence des seigneurs de la guerre au sein du gouvernement.

Invitée par la Fédération des femmes du Québec et le collectif Échec à la guerre, elle donnera une conférence mardi soir à l'Université du Québec à Montréal. Elle en profitera pour parler de son livre A Woman Among Warlords dans lequel elle raconte sa vie dans un contexte de guerre. Elle commence ainsi: «Je viens d'un pays de tragédies qui s'appelle l'Afghanistan.»

Celle que l'on surnomme la femme la plus courageuse d'Afghanistan n'a que 31 ans. Elle a été élue députée avec une forte majorité en 2005, puis elle a été bannie du Parlement deux ans plus tard, parce qu'elle dénonçait les seigneurs de la guerre qui occupent des postes élevés au Parlement, malgré leur lourd passé criminel.

Quand elle prenait la parole, les parlementaires fermaient son micro. Elle n'a jamais pu terminer une intervention. Elle a été menacée de viol dans l'enceinte même de la législature.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, était à Kaboul quand elle a été expulsée du Parlement. «Il n'a pas levé le petit doigt pour défendre ma liberté de parole», affirme Malalai Joya.

Pour le retrait de l'OTAN

Selon Mme Joya, la présence de l'OTAN dans son pays apporte plus de souffrance que de solution au peuple afghan.

«La corruption est partout», dit-elle. Les gens de sa région lui rapportent que quand des voleurs et des tueurs sont arrêtés, il arrive que des équipes de reconstruction provinciale, les troupes de l'OTAN, interviennent pour les faire libérer.

«Les tribunaux sont un repère de fondamentalistes. Des femmes ont été aspergées d'acide à Kandahar. Qu'a fait le gouvernement Karzaï? Il a proposé aux talibans de se joindre à l'administration, déplore-t-elle. Pourquoi le Canada qui a ses troupes sur place n'a-t-il pas protesté?»

La jeune députée s'adresse maintenant aux militaires canadiens et à leur famille. Elle dit reconnaître leur sacrifice, mais estime que les troupes de l'OTAN devraient se retirer dès maintenant. Quand on lui dit que l'Afghanistan risquerait alors de basculer dans la guerre civile, elle répond: «Nous sommes déjà en guerre civile.»

Malalai Joya, qui vit à Kaboul, a été victime de plusieurs tentatives d'assassinat. Elle refuse l'exil afin de continuer son travail sur le terrain, même si elle doit déménager presque tous les jours et qu'elle voit très peu son mari. «La vie dune femme [en Afghanistan] ne pèse pas plus lourd que la vie d'un oiseau», dit-elle.